×

You are using an outdated browser that does not fully support the intranda viewer.
As a result, some pages may not be displayed correctly.

We recommend you use one of the following browsers:

Full text

Title
Transactions of the Symposium on Photo Interpretation

306
SYMPOSIUM PHOTO INTERPRETATION, DELFT 1962
Conclusion
L’exposé ci-dessus nous paraît bien illustrer l’utilité incontestable et les
nombreuses applications de la photographie aérienne dans les recherches de
géographie humaine en Afrique Noire. Certes, bien d’autres champs d’utili
sations lui sont encore ouverts; nous pensons ici, par exemple, à l’étude des
types d’habitat et à la délimitation précise de leurs aires d’extension, à l’étude
des sites industriels, de l’infrastructure et notamment du réseau routier.
D’autre part, les domaines d’utilisation, dont l’exploitation a été ébauchée
plus haut, doivent être approfondis: on pense, par exemple, à une distinction
plus précise des types de cultures par l’utilisation régionale d’un calendrier
agricole, une meilleure connaissance de la phénologie, de levés aériens expéri
mentaux échelonnés au cours de la saison ou des saisons agricoles et effectuées
à une échelle plus grande que celle de la couverture régulière.
L’intérêt de telles recherches ets incontestable pour la science géographique
elle-même mais, il n’est pas douteux que la cartographie des pays neufs tirerait
grans profit, pour tout ce qui concerne l’affectation du sol, de ces nouvelles
techniques d’investigation aérienne beaucoup plus précises et rapides.
Reference
1. J. Wilmet: Essai d’une écologie humaine au territoire de Luiza-Kasai (Congo belge)
Bulletin de la Société Belge d’Etudes Géographiques, T. XXVII, 1958, No. 2, p. 307
à 363.
Discussion
H. Schroeder-Lanz (B.R.D.) demande: 1. d’après quelles caractéristiques sont distin
guées des bâtiments industriels; 2. si la carte montrée avait été dressée après la photographie
aérienne puis contrôlée sur le terrain ou l’inverse. J. Wilmet répond: 1. d’après des critères
de forme (interprétation industrielle) ; 2. pour ce qui concerne les villages indigènes, l’échelle
ne permet pas l’étude des maisons; la cartographie des villages ou hameaux a été faite et
contrôlée sur le terrain.
M. Trémolières (France) s’informe des possibilités d’exploitation des symptômes carto
graphiques de l’évolution du peuplement pour l’histoire de l’influence de l’économie moné
taire sur l’organisation sociale traditionelle. Réponse: Oui, ces études sur photos permettent
de saisir et de cartographier le passage de la civilisation traditionelle à l’économie d’échanges.
D. Steiner (Suisse) demande s’il est possible d’obtenir à partir d’une seule série de photos
toute les informations nécessaires à l’interprétation agraire (distribution des parcelles, identifi
cation des cultures etc.). J. Wilmet répond: Non, pour obtenir une interpretation complète
dans le domaine agricole (identification de toutes les cultures) il faut: 1. une échelle plus
grande que le 1 : 40.000 (1 : 20.000 ou moins); 2. des prises de vues répétées pendant au
moins 2 à 3 saisons agricoles et échelonnées pendant ces saisons.