×

You are using an outdated browser that does not fully support the intranda viewer.
As a result, some pages may not be displayed correctly.

We recommend you use one of the following browsers:

Full text

Title
Transactions of the Symposium on Photo Interpretation

406
SYMPOSIUM PHOTO INTERPRETATION, DELFT 1962
respondait bien à l’emplacement d’une ancienne borne. Des coïncidences
métriques répétées donnent rapidement, en vertu de la théorie des proba
bilités composées, un degré de probabilité si élevé qu’il exclut pratiquement
l’erreur.
Allons plus loin: si l’on trouve deux séries de coïncidences présentant un
certain décalage, on pourra soupçonner l’existence de bornes intermédiaires [4].
Dans le cas de mesures répétées sur photographies aériennes, par exemple
pour calculer le module moyen de la métrologie d’un terroir, on construira des
courbes de répartition faisant apparaître des fréquences et des moyennes.
Le but de ces recherches méthodologiques est de réaliser une cartographie
historique d’après la couverture aérienne. Nos organismes techniques sont dès
maintenent à même d’envisager la préparation d’une carte archéologique de
base pour de vastes zones en liaison avec les services des antiquités.
A titre indicatif, signalons que le prix de revient (achat des photographies
aériennes, interprétation et dessin, impresssion non comprise) peut être calculé
à environ 2 NF au km 2 à l’échelle du 1/200.000 et, pour les zones particulière
ment riches où le 1/50.000 est nécessaire, à 10 NF au km 2 .
Mais sans attendre la réalisation de cartes archéologiques, les découvertes
aériennes doivent être publiées: un document n’est utile que dans la mesure
où il est porté à la connaissance de tous. Des études comparatives de photo
graphies pourront alors constituer, sinon les clefs d’interprétation dont on
rêve parfois, du moins les éléments d’un Manuel de photo-interprétation va
lable. Or les revues d’histoire et d’archéologie ne peuvent en général nous
assurer la rapidité nécessaire, la qualité et le nombre de planches voulus: une
photographie aérienne, pour être bien reproduite, requiert un papier couché
et une trame très fine.
Nous disposons désormais de trois publications:
La Revue d’Etudes Rurales (Ecole des Hautes Etudes) qui présente des
monographies intéressant l’histoire et l’occupation fossile des sols et les
données générales de la mise en valeur des terres.
- Le Bulletin de la Société française de photogrammétrie dont un numéro
spécial est consacré aux problèmes de l’archéologie aérienne en France
(no. 5, mai 1962).
- Enfin la Société des éditions Technip vient de lancer une orginale revue
trimestrielle de photo-interprétation.
Mais l’un des problèmes majeurs est celui de la formation de spécialistes.
Aussi les principaux efforts des deux dernières années ont-ils tendu à créer un
enseignement de photo-interprétation archéologique (et géographie historique)
à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. C’est la première fois qu’un enseigne
ment de ce genre est donné en France.
Le but des conférences est de transmettre aux auditeurs une technique les
mettant à même de poursuivre des recherches personnelles en rapport avec
leurs spécialités et leurs curiosités particulières, mais en même temps de les faire